Warning: INSERT command denied to user 'unarbrep'@'10.0.75.83' for table 'watchdog' query: INSERT INTO watchdog (uid, type, message, variables, severity, link, location, referer, hostname, timestamp) VALUES (0, 'php', '%message in %file on line %line.', 'a:4:{s:6:\"%error\";s:12:\"user warning\";s:8:\"%message\";s:379:\"INSERT command denied to user 'unarbrep'@'10.0.75.83' for table 'captcha_sessions'\nquery: INSERT into captcha_sessions (uid, sid, ip_address, timestamp, form_id, solution, status, attempts) VALUES (0, 'd407447993b4973cb56111a1bb3f8d0d', '54.166.189.88', 1498233273, 'webform_client_form_8', 'undefined', 0, 0)\";s:5:\"%file\";s:56:\"/home/unarbrep/www/sites/all/modules/captcha/captcha.inc\";s:5:\"%line\";i:92;}', 3, '', 'http in /home/unarbrep/www/includes/database.mysqli.inc on line 128
Viet Nam - Projet Da Huoai | Un arbre pour demain

Viet Nam - Projet Da Huoai

Présentation du projet (Elise GrenonResponsable Viêt-Nam)

Mon stage de quatre mois de première année de master s’est déroulé en Guyane, sur le thème de la recherche d’indicateurs géographiques et d’usages des plantes de ce département. La Guyane apparait comme la détentrice d’un patrimoine culturel unique issu de la rencontre d’une riche biodiversité et de multiples cultures d’origines diverses, notamment quant aux usages et pratiques culturales des plantes utiles. Une partie de l’étude a consisté à recenser les plantes utiles en Guyane française chez différentes populations. Parmi ces espèces, deux grandes catégories de plantes ont été plus particulièrement étudiées : les plantes cultivées et sauvages dans les abattis, et les plantes sauvages utilisées pour leurs graines. Ainsi j’ai eu l’occasion de travailler sur un agrosystème très particulier : l’abatti, qui dans certaine communauté se rapproche d’un système agroforestier dans l’idée qu’ils présentent une forte diversité spécifique en espèces sauvages et cultivées. Quelques agriculteurs, après avoir abattu une parcelle de forêt (et parfois brûlée),  plantaient les espèces intéressantes puis laissaient tout repoussé sans distinction. Certaines essences de la forêt leur étaient tout autant utiles que celle plantées.

J’envisage d’utiliser les connaissances acquises durant mon stage, grâce au travail effectué sur les graînes et les abattis, et d’orienter mon sujet de recherche sur le choix des semences qui seront mise en pépinières puis intégrées à l’agroforêt. Dans un premier temps il s’agira de mesurer l’importance de la sole cacaoyère dans les parcelles d’agroforêt et la part du revenu issu de la vente de cacao dans le revenu global des exploitants. Dans ce même temps, une observation de la diversité en espèces forestières et fruitières sera faite, ainsi que des quantités de production et du revenu qui en est issu.

Dans un second temps il s’agirait de faire un travail sur les espèces et les variétés auxiliaires (espèces ligneuses excepté le cacaoyer).  L’étude se concentrera sur le choix de ces espèces. Tout d’abords si ces choix sont à des fins de consommation domestiques ou pour la commercialisation (Café, Poivre, Cajou, Caoutchouc..). Puis il serait intéressant de se pencher plus particulièrement sur les espèces et variétés choisies pour la culture vivrière. Comment sont sélectionnées les graines ? Quelles  sont les caractéristiques recherchés pour ces arbres, qu’ils soient forestiers ou fruitiers ? Quels traits sont les plus recherchés ? Le rendement, et la résistance aux ravageurs et aux pathogènes ? Des critères tels la facilité de récolte et de conservation, les qualités organoleptiques et culinaires, la vitesse de maturité de la culture, l’intérêt des résidus de récolte pour l’amélioration de la fertilité sont importants à considérer (Desclaux, 2005). Pour enfin essayer de faire un lien avec la conservation des variétés traditionnelles/locales, qui sont probablement de moins en moins cultivées et pourtant surement les mieux adaptées. Cette recherche permettrait d’observer la gestion des agro-écosystèmes et de son agrobiodiversité,  et le rôle qu’elle tient dans la stabilité de la production.

L’étude se focalisera dans le delta du Mékong au sud du Vietnam. Cette région présente certains avantages et inconvénients pourla culture du cacaoyer. Le système d’ombrage actuel lui est favorable, l’humidité du sol est propice puisque des sources d'eau sont disponibles, et les vents sont faibles. La salinité due aux marées durant la saison sèche affecte les cultures et devient l’une des plus fortes contraintes. A cela s’ajoute des sols  sulfatés acides. De plus, le manque de lumière, et l'humidité relative élevée sont favorables aux maladies.  Jusqu'ici, les maladies et ravageurs affectant le cacaoyer ont été contenues. Phytophtora sp. et Helopeltis sp. sont les deux principaux dangers pour le cacaoyer au Vietnam. Cependant, une intensification de sa culture et son expansion aux grands domaines pourraient créer des conditions favorables à la prolifération des maladies et des ravageurs, comme dans d'autres pays producteurs (ex : en 2000 la survenue de la Candidose au Pérou a conduit à l'abandon de plus de 50% de l'ensemble des cacaoyers) (Goletti, 2008).

L’étude porterait sur trois zones de production de cacao dans le Delta du Mékong, différenciables par leurs caractéristiques environnementales et humaines, et potentiellement comparables. Pour la bonne conduite de cette étude, il sera important de mettre en place des méthodes ethnologique telle que le free listing. En parallèle un travail d’identification des espèces (et variétés si possible) et d’établissement des correspondances entre noms vernaculaires et noms scientifiques sera à faire. Cela permettra d’améliorer les connaissances sur la biodiversité générée et gérée par les populations traditionnelles, l’équivalent d’un état des lieux de l’agrobiodiversité.

En parallèle, je mettrai constamment en dialogue les résultats obtenus durant la recherche et le projet de l’association. Le but sera d’évaluer la quantité de plants nécessaire à la mise en place des agroforêts. Les objectifs sont de relever les besoins en terme matériel (terreau, sac plastiques, petit matériel….) et immatériel (sensibilisation aux pratiques de compostage…) pour mettre en place ou soutenir des pépinières familiales avec une centaine de plants d’arbres intéressants pour les agroforêts.

Recevez la newsletter

Pour rester informé de toute l’actualité de l’association, inscrivez-vous à notre newsletter.

Plants d'arbres parrainés

Parrainez des cacaoyers »


Téléchargez la plaquette

de présentation de l’association au format PDF :

téléchargez la plaquette »


Impliquez-vous !

Impliquez vous ! 101 actions solidaires et écolos pour un monde meilleur

Les actions d'Un arbre pour demain recensées dans l'annuaire  "Impliquez vous ! 101 actions solidaires et écolos pour un monde meilleur " - Christophe Chenebault, éd. Eyrolles, sept. 2011.


Etudes et rapports de stage

Potentiel des systèmes agroforestiers pour la culture du cacao dans le sud du Vietnam: analyse écologique, économique et sociale.

téléchargez le rapport