Rio Ruidoso - Présentation du site


Le lotissement agricole Velasco Ibarra (1961) est situé dans l’Equateur méridional, sur les rives gauches de l’estuaire du Rio Guayas, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Guayaquil. La plaine sédimentaire alternativement marine et continentale est l’objet d’une exploitation agricole intensive (riz, canne à sucre, bananes plantains, cacao). Les terres cultivées se partagent entre d’anciennes haciendas sucrières et des lotissements créés dans les années 1960 à partir d’opérations de colonisation ou de réforme agraire.

Un méandre du Rio Churute

Un méandre du Rio Churute



Le paysage est façonné par un important système d’irrigation connecté aux principales artères du réseau hydrographique. Avant de se jeter dans le Golf de Guayaquil, le Rio Ruidoso, rivière longue d’une quarantaine de kilomètres et orientée est-ouest, draine de nombreux cours d’eau dont le Rio Churute. À leur confluence, s’étend au sud et à l’ouest une mangrove vaste de 35.000 ha, l’estuaire formé est parcouru par une chevelure de voies navigables aménagées (Estero del Churute, Estero Soledad Chica) ou non (Rio Taura et affluents). La forêt de palétuviers est bordée au nord-est par la lagune El Canclón et par un marais associé, l’ensemble couvre 8.800 ha. Cette immense zone humide a été classée Réserve Ecologique en juillet 1979, inscrite à la liste de Ramsar et au réseau national des aires protégées (SNAP). Plus au nord, se dresse une chaîne de hautes collines formée de roches siliceuses compactes et d’argile rouge. En décembre 1987, les 5.500 ha de forêt primaire protégeant les Cerros, dont plusieurs sommets avoisinent 700 m (Cerro Pancho Diablo : 696 m, Cerro Simalón : 684 m), ont été intégrés au périmètre protégé. Il en a été de même de toutes les terres situées au-delà d’une altitude de 100 m. La Réserve Ecologique des Mangroves de Churute s’étend depuis sur près de 50.000 ha.

La famille Pincay devant leur plantation de cacaoyers

La famille Pincay devant leur plantation de cacaoyers

Durant les années 1960-1970, le taux de rotation des terres dans le lotissement Velasco Ibarra est faible. Le départ des exploitants ou le partage d’un lot de terres solde le plus souvent une faillite économique ou un divorce entre les époux. Dans les deux cas, de nouvelles familles investissent les lieux, leur accès étant facilité par une loi interdisant les regroupements de lots. À partir de 1980, la superficie moyenne des fermes se réduit de façon significative à la faveur de regroupements familiaux et de partages de succession. Le nombre important d’héritiers directs et les mariages fréquents entre les enfants des « colons » fragilisent l’unité du lotissement en favorisant le morcellement et l’éparpillement des terres.
 

Fichier attachéTaille
Un méandre du rio Churute938.65 Ko
La famille Pincay devant leur plantation de cacaoyers230.88 Ko

Recevez la newsletter

Pour rester informé de toute l’actualité de l’association, inscrivez-vous à notre newsletter.

Plants d'arbres parrainés

Parrainez des cacaoyers »


Téléchargez la plaquette

de présentation de l’association au format PDF :

téléchargez la plaquette »


Impliquez-vous !

Impliquez vous ! 101 actions solidaires et écolos pour un monde meilleur

Les actions d'Un arbre pour demain recensées dans l'annuaire  "Impliquez vous ! 101 actions solidaires et écolos pour un monde meilleur " - Christophe Chenebault, éd. Eyrolles, sept. 2011.


Etudes et rapports de stage

Potentiel des systèmes agroforestiers pour la culture du cacao dans le sud du Vietnam: analyse écologique, économique et sociale.

téléchargez le rapport