Un nouveau projet pour l'association (Chiapas-Mexique)

À la rencontre des cultivateurs du Xoconuzco

À la rencontre des cultivateurs du Xoconuzco

1. Bilan de la pré-étude de projet dans le Chiapas

Au cours du mois de juillet, nous avons réalisé avec l'aide d'une association mexicaine de promotion de l’agroécologie (Red Maya CASFA), une pré-étude de projet portant sur l’installation de plusieurs pépinières communautaires dans la région du Chiapas. Les sites susceptibles d’accueillir notre initiative ont été appréhendés à travers des entretiens semi-directifs réalisés auprès de vingt-cinq cultivateurs des communes de Tapachula, Mazatan, Huehuetan, Comaltitlan et Acapetahua. Quand les conditions le permettaient, des séquences vidéos ont été enregistrées avec les personnes interrogées (environ 6h30 d’enregistrement). Plus de 600 photos ont également été réalisées, une vingtaine d’entre elles pourrait être proposée au public.

Suite au travail de terrain, une réunion s’est tenue au siège social de Red Maya (en français : "le réseau maya") à Tapachula, avec Jorge Aguilar, Président de l’association, et Jose Caballero, Agroécologue. L’ordre du jour était d’arrêter un choix de sites et de préparer la phase d’étude du projet (août à novembre) :

  • Après discussion, nous avons retenu les sites de : El Campamento en la commune de Comaltitlan (38 producteurs) et Plan Ayala en Huehuetan (42). Pour Chacun des sites, un responsable a été désigné dans le groupement des cultivateurs concerné. Compte tenu de leur expérience réussie dans la gestion d’une pépinière et de leur motivation, Mario Perez Roblero et Jaime Hernandez Trinidad ont été préférés aux autres candidats. Un troisième site est pressenti, il s’agit de : El Campon en la commune d'Acapetahua. L’intérêt du site réside dans la valeur écologique de l’espace auquel il est associé, la Mangrove de El Paiztalon (une Réserve de Biosphère), et dans l’existence d’un passé cacaoyer sur les hautes terres. Le projet d’installation d’une pépinière sera soumis à l’appréciation du gestionnaire du site naturel.
  • La réunion nous a également permis de finaliser notre questionnaire d’enquête. Le document définitif combine nombre de questionnements déjà formulés lors des phases d’étude des projets précédents (Rio Ruidoso, Wad Zokch) avec une fiche de contrôle (interne à Red maya) sur les cultures tropicales en agriculture biologique (AB). Nous avons retenu cinq thèmes : les arbres et arbustes champêtres, les pratiques agricoles autour du cacao, la biodiversité, l’avenir de la filières cacao AB, et les politiques publiques en faveur des petits producteurs. Nos questions s’adressent en priorité aux cultivateurs de El Campamento et Plan Ayala, mais elles pourront être étendues aux autres terrains étudiés dans la perspective d’une nouvelle sélection de sites courant 2011. Notre objectif dans un premier temps est de dégager un échantillon de 60 a 80 enquêtés pour la mi-octobre.


La pré-étude de projet a été complétée par des recherches bibliographiques, par l’achat de cartes topographiques et l’exploitation d’orthophotoplans à l’INEGI (Mexico), et par la visite de musées d’anthropologie (Mexico, Tapachula) et d’un site archéologique (Izapa).

Quelques-unes des photos de cet été : http://proyectorioruidoso.blogs.letelegramme.com/album/etude-2010-mexique/

2. Le projet Rio Huixtla

Si le projet Rio Huixtla répond pleinement à notre raison sociale qui demeure " le soutien aux agricultures familiales par des plantations d’arbres ", ce dernier marque une rupture importante avec les projets que nous avons précédemment conduits. En Equateur et au Maroc, nous avons toujours fait appel à des pépinières extérieures, car nos agriculteurs n’avaient aucune ou trop peu d’expériences dans la conduite d’une telle entreprise, et/ou parce qu’ils ne faisaient pas preuve d’une motivation suffisante pour mener à bien cette tâche exigeante. Au Mexique (Chiapas, Tabasco), la situation est très différente puisqu’il est encore assez fréquent de trouver des pépinières familiales à proximité des habitations. Les plants produits sur l'exploitation garantissent la bonne régénération des peuplements fruitiers et forestiers dont les propriétaires retirent l’essentiel de leurs revenus.

Or dans cette région du Chiapas, le Soconusco, les plantations de cacao (un Criollo fin et d’arôme) sont parfois vieillissantes voire sénescentes. La trop faible capacité de production de plants issus de semences sélectionnées et l’abandon progressif des pépinières individuelles en sont les principales raisons. La perte de rendements du au non-renouvellement des arbres fruitiers, implique par ailleurs une modification dans l’usage de la terre. De très nombreuses parcelles de cacaoyers sont converties en pâtures ou en cultures annuelles. La conversion d’une parcelle forestière (cacaoyers et arbres d’ombrage) vers une parcelle en culture intensive (soja, banane plantain, canne à sucre) reste évidemment bien plus préjudiciable pour l'environnement qu’une conversion en prairie ou quelques arbres sont conservés en plein champs et où des haies basses sont installées pour enclore les animaux d’élevage. Dans les deux cas, le processus induit une perte significative (mais graduée) de la biodiversité.

Le projet Rio Huixtla vise le maintien voire la réhabilitation des parcelles de cacaoyers en association avec des arbres d’ombrage et d’autres arbres fruitiers, par la construction de pépinières communautaires. Depuis deux ans, Red maya mène des actions dans cette direction et dispose déjà de cinq pépinières de cacaoyer Criollo. L’association Un arbre pour demain adhère à la démarche en finançant deux nouvelles pépinières d’une capacité de 10.000 plants chacune avec l’exigence que 15 à 20% des plants produits soient des plants forestiers (cedro, roble, laurel) et d’autres fruitiers (oranger, citronnier, avocatier, etc.).

Au nom de l'association Un arbre pour demain, je tiens à remercier Jorge Aguilar et Jose Caballero pour leur accueil, leur disponibilité et pour m’avoir permis de découvrir la région du Soconusco et ses cultivateurs. Merci à Rubiel pour m’avoir véhiculé tout au long du séjour, et merci à toutes les familles qui ont accepté de me recevoir et de se prêter aux entretiens, aux photos et aux enregistrements vidéos.

3. Une nouvelle campagne de parrainages

Dans les prochaines semaines, nous allons rouvrir les parrainages en ligne et ce jusque la fin du mois de décembre. Les parrainages seront exclusivement dédiés au financement des premières plantations du projet Rio Huixtla (livraison des plants à partir d’avril 2011). Le coût d’un plant produit par l’une des pépinières dont nous financerons la construction et la gestion, est fixé à 0,20 euro. Comme l’an passé, nous devrions débuter une campagne de sensibilisation par la Ville de Rouen. Si vous-même souhaitez participer ou organiser une journée de collecte de parrainages dans votre ville, merci de nous contacter : infos@un-arbre-pour-demain.fr

Revue de presse :

 



Article de presse

Article de presse

 
Share |

Recevez la newsletter

Pour rester informé de toute l’actualité de l’association, inscrivez-vous à notre newsletter.

Plants d'arbres parrainés

Parrainez des cacaoyers »


Téléchargez la plaquette

de présentation de l’association au format PDF :

téléchargez la plaquette »


Impliquez-vous !

Impliquez vous ! 101 actions solidaires et écolos pour un monde meilleur

Les actions d'Un arbre pour demain recensées dans l'annuaire  "Impliquez vous ! 101 actions solidaires et écolos pour un monde meilleur " - Christophe Chenebault, éd. Eyrolles, sept. 2011.


Etudes et rapports de stage

Potentiel des systèmes agroforestiers pour la culture du cacao dans le sud du Vietnam: analyse écologique, économique et sociale.

téléchargez le rapport