Wad Zokch - Présentation du site

Le Douar Ait Ichi dont fait partie la localité Zokch appartient à la commune rurale Ait Rahou, Caïdat Moulay Bouâzza, Province de Khénifra. La région est connue pour son relief plus ou moins accidenté et ses précipitations annuelles faibles et non régulières (350 mm/an). Elle appartient à l’étage du semi-aride. La superficie cultivable est de l’ordre de 23% de la superficie totale témoignant ainsi de la prédominance des forêts et parcours dans la région.

La région est connue pour son relief plus ou moins accidenté et ses précipitations annuelles faibles et non régulières.

La région est connue pour son relief plus ou moins accidenté et ses précipitations annuelles faibles et non régulières.



La région tire son revenu essentiellement d'un élevage extensif d'ovins et de caprins associé à une agriculture vivrière basée sur le blé et l’orge pratiquée totalement en bour sur des sols pauvres et accidentés et dont les rendements moyens ne dépassent guère 10 quintaux/ha, en année agricole normale. La principale activité de la population masculine est le gardiennage des troupeaux, le labourage et les moissons. Les femmes contribuent à leur tour et ouvertement à ces activités en plus d'une activité d'artisanat d'autoconsommation et des tâches ménagères. La population totale de Zokch est de l’ordre de 1000 habitants. L'habitat est dispersé au milieu des petites exploitations émiettées à l'intérieur des étendues de forêts et parcours. L'organisation sociale est basée sur le système tribal avec très peu d'organisation coopérative ou associative.

Une famille de Zockh

Une famille de Zockh



Les équipements de base en électrification rurale, en eau potable sont très peu développés voire même inexistants. La plupart des écoles ne sont ni clôturées ni desservies en infrastructures de base notamment l’eau potable et l’électricité. La pauvreté se développe d'une manière inquiétante, la commune Ait Rahou est classée aujourd’hui parmi les communes les plus pauvres au niveau national. La sécheresse accentue la pression sur les ressources sylvo-pastorales d’où l’érosion des bassins versant.

Pour en savoir plus :

Patrocinado árboles